English version Accueil - Liens utiles - Plan du site
 Page principale
Bienvenue à Kairouan.org Imprimer l Ajouter à mes favoris l Recommander Page principale l Recherche sur le site
Hijama, tachlitt & bagtane

Aïd el Fitr I Aïd el Idha I Achoura l Abana & Tajlila l Balgha & Kontra
Burnous I Cafés I Chéchia I Chicha I Circoncision I Décès l Dialecte l El Oula Fêtes I Haïk I Hammam I Harkous l Henna l Hijama I Jebba I Jeux I Kassa
Kessoua I Kobkab I Marchandage I Mariage I Mechmoum I Mouled
Naissance I Outiya l Ramadan I Ras el Am I Sefsari I Seroual
Tagaza I Tachwiq I Tfal I Vie familiale I Yarham Zohra l Zommara

la saignée-débarrasser le corps du sang impur

 

hijamaLa "hijama" dont l'appellation en arabe provient du mot "hajm" (sucer, absorber, aspirer, extraire) a été longtemps pratiqué par nos coiffeurs à la place "hajamine" du temps où ils ont été de véritables "hajam" (extracteur de sang) et "tahar" (barbier circonciseur et par moments dentiste aussi à l'instar de si Boujdaria) et non "hallak".(coiffeur) se consacrant exclusivement à la coupe de cheveux.

 

 


hj mustapha amiraActuellement si Mustapha Ben Amira est parmi les rares personnes à perpétuer cette tradition curative ancestrale datant de l'époque  pharaonique qui consiste à soulager le patient du mauvais sang agglutiné au dos entravant la circulation ce qui peut engendrer de nombreuses maladies. Le Prophète Mohamed "Salla allahou alayhi wa sallam" recommanda de nombreuses fois la pratique de cette thérapeutique aux musulmans.

Mohamed Boujdaria 1956De nos jours peut être par négligence ou simple abandon à cause du progrès de la médecine, les règles d'extraction du sang ont été graduellement oubliées et perdues. Il y a aussi le fait que des personnes mal intentionnées ont refilé beaucoup de mensonges qui ont poussé les gens à s'abstenir de l'utiliser .

 

Les effets curatifs

D'éminentes sommités médicales et cliniques arabes installées en Syrie et en Europe  réunies sous la houlette du Professeur Abdul-Kadir John Alias Al-Dairan ont entrepris des recherches scientifiques sur la "hijama" et abouti à des résultats époustouflants dans la guérison de nombreuses maladies incurables  comme le cancer, la paralysie, la  migraine,. l'hémophilie, les maladies cardio-vasculaires, la stérilité, l'impotence et l'incapacité de procréer, l'asthme, le rhumatisme et les maladies ophtalmiques après avoir fait des essais sur de nombreux patients. 

Le savant Arabe Syrien, Mohammad Ameen Sheikho a ranimé aussi cette pratique (sunna) dans ses règles orthodoxes.

Le Mécanisme

D'abord lorsque le patient entre chez le "hajam", il dira dans le jargon populaire "nahili zouz dam" (enlève moi deux sangs). De même lorsque quelqu'un s'énerve il dira "bach tnahili zouz dam" (tu vas m'enlever zouz dam).

Le mécanisme consiste à faire sucer du sang extrait de la partie supérieure du dos (les omoplates) ou de la nuque en utilisant des tasses spéciales "Mghaïeth" soit en cuivre ou en verre pour le dos avec une petite ouverture ronde d'un diamètre inférieur à celui du milieu.

 Le "hajam" commence à brûler un petit morceau de papier coupé d'un journal sous la forme d'un entonnoir.

 Après avoir au préalable fait une incision à l'aide d'un bistouri ou d'une lame de rasoir le "hajam" insére le cône brûlant dans la tasse et plante immédiatement l'ouverture de la tasse sous l'omoplate ; une grande quantité d'air brule à l'intérieur des tasses et émet de la pression sur le corps pour en extraire le sang impur.Quant c'est fini les deux tasses sont retirées.

Bien avant l'avènement des "mghaitehs" on m'a dit qu'au début du siècle passé on suçait le mauvais sang par la bouche au moyen de "maçàçat" ( suceur-embout qui s'adapte à un tube permettant une vitesse d'aspiration élevée)

De nos jours le suceur de sang devient un terme péjoratif (celui qui exploite les autres). On dit aussi sucer quelqu'un jusqu'à la moelle !!

Le "tachlitt" et le "baghtane-al fasd "

Le "tachlitt" est également une vieille tradition thérapeutique utilisée pour soulager les gens essentiellement de la migraine lorsque le "tabaâ el phil ou echafi " (antalgique) où le "ghalfane" (hydrothérapie) ne donnent pas les résultats escomptés.

Contrairement à la "hijama" qui se pratique exclusivement par le "hajam" le "tachlitt" de moindre complexité peut se faire par Monsieur tout le monde.

Il suffit de disposer d'un petite lame de rasoir imbibée d'alcool à bruler pour se faire des petites incisions le long du  front ou pour les plus modernes des micro-incisions latérales au front vraiment invisibles.

On termine la séance par un badigennage d'une écorche  d'oignon "bsal" comme antiseptique. certains en gardent des cicatrices jusqu'à aujourd'hui et ont le look assez ringard "goôr barcha".

Il y avait aussi le "bagtane" pratiqué autrefois par le "hajam". la nuque du patient est bien serrée par un foulard. les incisions sont beaucoup plus profondes dégageant énormément de sang. vivement que ce soit terminé.

Mohamed Rebai
[email protected]

 

Haut de page
english version l accueil l contact l plan du site
© Copyright 2004-2008, www.kairouan.org - tous droits réservés
Pour toutes informations et suggestions, veuillez contacter le Webmaster
Conception et réalisation graphique : Netcreations interactive