English version Accueil - Liens utiles - Plan du site
 Page principale
Bienvenue à Kairouan.org Imprimer l Ajouter à mes favoris l Recommander Page principale l Recherche sur le site
Le mouled - naissance du prophète

Aïd el Fitr I Aïd el Idha I Achoura l Abana & Tajlila l Balgha & Kontra
Burnous I Cafés I Chéchia I Chicha I Circoncision I Décès l Dialecte l El Oula Fêtes I Haïk I Hammam I Harkous l Henna l Hijama I Jebba I Jeux I Kassa
Kessoua I Kobkab I Marchandage I Mariage I Mechmoum I Mouled
Naissance I Outiya l Ramadan I Ras el Am I Sefsari I Seroual
Tagaza I Tachwiq I Tfal I Vie familiale I Yarham Zohra l Zommara

La fête du "mouled" qui signifie la naissance du prophète (570 Ap JC) est célébrée chaque année le 12 Rabi Al Awal dans une ambiance spirituelle particulière à la ville de Kairouan.

Jadis, on s'y prépare un mois à l'avance. Les rues particulièrement celles de la médina, les mausolées, les mosquées et les marabouts sont soigneusement nettoyées et badigeonnés au "jir arbi" (oxyde de calcium) , les murs sont ornés de tapis kairouanais multicolores. Des centaines de guirlandes et de néons illuminent les souks attendent l'événement.

Autrefois, les festivités duraient toute une semaine jusqu'au prochain vendredi "jemaât el mouled" par coutume réservée aux kairouanais qui après le départ des visiteurs des familles entières hommes, femmes et enfants vont en " ziara " au mausolée "sayed sahbi" réciter la fatiha , émettre des vœux ensuite faire un petit détour à "fasqiat el aghaliba" et terminer la promenade par un passage obligé au souk.

Actuellement, l'enthousiasme s'estompe de plus en plus coté animation de la ville mais les kairouanais restent attachés plus que jamais à leurs coutumes ancestrales et continuent de célébrer le mouled avec la même ferveur d'antan.

La veille du mouled les visiteurs qui se comptent par milliers accourent des quatre coins du pays et même de lointains pays arabes et islamiques. En effet, Kairouan est toujours considérée comme la quatrième ville sainte de l'islam après la  Mecque, Medine et Jérusalem

On y organise annuellement des colloques islamiques où sont invités des imams-prédicateurs, des jurisconsultes et des chercheurs du monde musulman. La ville de Kairouan abritera, cette année, la 36ème session de la conférence islamique annuelle qui aura lieu les 04 et 05 mars 2009 sur le thème « Le rôle de Kairouan dans l'enracinement et la diffusion du rite malékite ».

Des marchands ambulants s'installent aux alentours du mausolée "sahbi" vendant toute sorte de jouets et de cadeaux que les familles achètent pour offrir à leurs enfants. Des restaurateurs improvisés pour la circonstance sont installés aux quatre coins de la ville préparant des "keftaji" et des mechouis succulents.

 

Comme toutes nos fêtes religieuses tournent autour de la bouffe le rituel du mouled n'y échappe pas. Autrefois, les familles kairouanaises préparaient le fameux gâteau "makroudh" à la maison. De nos jours par paresse ou ignorance des jeunes ménagères on l'achète au souk.

La nuit, la fête est centrée à la grande mosquée où se déroule la cérémonie officielle parrainée par le chef de l'Etat ouverte par une psalmodie de versets du Coran et marquée par une causerie religieuse donnée par le premier imam Cheikh Mohsen Temimi

Au mausolée abi zamaa balaoui on récite la "sira" du prophète et aux souks diverses troupes "de mouldia"chants liturgiques" animent la médina.

les fiancées se font des visites familiales pour se souhaiter bonne fête et pour s'offrir des cadeaux de mariage "mussem"

Les visiteurs sont soit logés dans des hôtels, soit le plus souvent accueillis par des familles ou bien on leur prépare le gîte et la bouffe dans les souks aménagés pour la circonstance par des bénévoles qui apportent matelas et couvertures tandis que d'autres visiteurs préfèrent camper ou passer la nuit à la bonne étoile.

Le lendemain matin toutes les familles préparent la fameuse "assida" traditionnelle "bidha" au moyen du "methred" actuellement disparu de la scène culinaire (genre de gros bâton aplati comme une rame sert à remuer et écraser la pâte contre les parois de la "tanjara" (récipient) à base de farine et saupoudrée d'huile d'olive, de sucre mélangé avec de la "bessissa" mille fois plus succulente et riche en vitamines que la "assida zgougou" aux pins d'alep très récente dans nos habitudes culinaires , très sucrée et flanquée de crèmes et de fruits secs nuisibles pour la santé. Ce n'est pas seulement mon avis mais celui aussi des nutritionnistes qui vous la recommandent vivement

Au mausolée Balaoui les enfants déshérités sont circoncis gratis grâce à la contribution de bienfaiteurs qui apportent aussi de la "assida" préparée chez eux à la maison. Tandis que la troupe principale de chants liturgiques "mouldia" chantant les louanges du prophète jadis dirigée par feu abdelmajid ben saad et actuellement par si Mohamed Barrak (ne pas confondre avec la "soulamia" chantant les louanges des marabouts)

Ya sayed ya sahbi el jah ya saheb rassoul illah…..allahomma salli ala mustapha badi el jamali wa bahr el wafa.

Enfin pour la petite histoire les festivités officielles du mouled n'ont vraiment commencé en Tunisie que l'année 1257 de l'Hégire (1842 Ap JC) du temps d'Ahmed Bacha

Mohamed Rebai
[email protected]

Haut de page
english version l accueil l contact l plan du site
© Copyright 2004-2008, www.kairouan.org - tous droits réservés
Pour toutes informations et suggestions, veuillez contacter le Webmaster
Conception et réalisation graphique : Netcreations interactive