English version Accueil - Liens utiles - Plan du site
 Page principale
Bienvenue à Kairouan.org Imprimer l Ajouter à mes favoris l Recommander Page principale l Recherche sur le site
Le salut funéraire Kairouanais -"Yarham zohra"

Aïd el Fitr I Aïd el Idha I Achoura l Abana & Tajlila l Balgha & Kontra
Burnous I Cafés I Chéchia I Chicha I Circoncision I Décès l Dialecte l El Oula Fêtes I Haïk I Hammam I Harkous l Henna l Hijama I Jebba I Jeux I Kassa
Kessoua I Kobkab I Marchandage I Mariage I Mechmoum I Mouled
Naissance I Outiya l Ramadan I Ras el Am I Sefsari I Seroual
Tagaza I Tachwiq I Tfal I Vie familiale I Yarham Zohra l Zommara

tradition orale funéraire unique du genre au monde

Un vieil adage disait "YAJAALHA MADFEN WA LA MASQUIN"
Faites quelle soit un cimetière et non une demeure
Il s'agit évidemment de Kairouan

ma mère zohraLa thématique de la mort est toujours omniprésente dans l'esprit des gens. La mort est partout dans le vécu quotidien.
Le nebbah (crieur public) qui annonce en ville le décès de quelqu'un y contribue dans une large part. Les gens se remémorent tout de suite du défunt et ne ratent pas l'occasion de présenter leurs condoléances soit au cimetière, soit à la maison du défunt "Fark" (séparation 2e jour) et au 40e jour"Arbaine".

Ce qui fait les cortèges funèbres ont été toujours un véritable mouvement de foule. Les gens y vont principalement pour le "Thawab" (récompenses divines).

Les Kairouanais se caractérisent entre autres par une attitude collective face à la mort . Ils ont une faculté de se souvenir infaillible.

Quant un Kairouanais rencontre dans la rue une connaissance , il doit immédiatement activer sa mémoire vive et active pour se remémorer le prénom d'un parent décédé et  lui dit sans risque de se tromper de vive voix et des fois de l'autre bout de la rue "Yarham Zohra" (Zohra étant le prénom de sa mère) ou bien "Yarham am salem " (Am Salem étant le prénom d'un père décédé).

Si la mémoire lui fait défaut, Il dira tout simplement "Yarham Ammi ou yarham Khali" (oncle paternel ou maternel appellation employée pour s'adresser à tout homme pour qui on éprouve du respect et de l'affection) ou bien s'il s'agit d'une femme "Yarham Amti-Yarham Khalti"(tante paternelle et maternelle) ou d'un Haj ou Hajja (personne ayant accompli le pèlerinage à la Mecque) il dira "Yarham haj-Yarham Hajja".

Pour se rapprocher et avoir plus d'affinités avec la personne contactée on dira "yarham obey salem" (obey terme affectueux utilisé pour désigner le père). Actuellement, la nouvelle génération trouve le terme "obey" assez ringard et le tronque par celui de "baba" très tendance. "yarham ommi zohra" (ommi littéralement ma mère) "ommi" a été également remplacé par "mama".

Enfin s'il ne connaît personne il dira "Yarham waldik" (tes parents) ou "yarham Lkoll" (tous les parents) ou s'il désire abréger et mettre tout le monde dans le même sac il dira tout simplement "Yarham lkoll fi lkoll" (tout le monde).

Son vis à vis lui répondra d'abord "Taïche" (que dieu te garde en vie) ensuite il lui donne la réplique "Yarham" suivi du prénom d'un sien décédé.

Même pour prouver sa sincérité quand il jure, le Kairouanais le fera toujours sur la tête d'un proche parent décédé comme par exemple "Wa rahmat ommi" (surla tête de ma mère). Ne le croyez surtout pas sur paroles quand il insiste trop. c'est évident.

Ainsi à  Kairouan  vous entendez à longueur de journée des salamalecs funèbres du genre "Yarham" comme si les morts sont ressuscités et toujours présents dans la mémoire populaire des gens.

D'autres plus smart et cool vous diront une expression d'origine hybride "merci alik" (littéralement merci sur toi !).

En fin de compte le Kairouanais croient que la mort n'est pas un objet comme les autres mais une relation active et toujours vivante entre êtres vivants ou déjà morts.

Alors si vous connaissez un Kairouanais rappelez-vous et renseignez-vous d'abord du prénom d'un parent décédé et dites lui "Yarham..." il vous en sera trés reconnaissant et il vous rendra trés certainement la monnaie de votre pièce.

C'est l'expression inconsciente d'une sensibilité collective Kairouanaise face à la mort que vous ne trouvez nulle part ailleurs.

C'est aussi un patrimoine qui se transmet oralement.

Mohamed Rebai
[email protected]

lien association tunisienne des mères http://www.atm.org.tn

 

Haut de page
english version l accueil l contact l plan du site
© Copyright 2004-2008, www.kairouan.org - tous droits réservés
Pour toutes informations et suggestions, veuillez contacter le Webmaster
Conception et réalisation graphique : Netcreations interactive