English version Accueil - Liens utiles - Plan du site
 Page principale
Bienvenue à Kairouan.org Imprimer l Ajouter à mes favoris l Recommander Page principale l Recherche sur le site
Le Commerce à la medina

L'activité commerciale de la ville était il n'y a pas longtemps exercée dans cinq espaces bien délimités et connus de tous situés à l'intérieur des remparts Il s'agit :

assouek1-Al Assouek trés anciens construits en 773 Ap JC (Yazid Ibn Hatem El Mehallibi) en grande partie couverts regroupant différentes corporations artisanales, souk essakajine (selles), souk el blaghjia (savates), souk lemaajel (citernes ) souk el attarine ( parfums) et souk erbaâ (tapis) accueillant des activités artisanales de moins en moins nombreuses.

Fini le temps où les artisans commençaient leurs journées par lire le Coran et vivaient dans l'harmonie et la solidarité les plus enviées. . Lorsqu'un client , par exemple,se présentait le matin chez quelqu'un et que celui-ci a déjà vendu et encaissé, il l'invita tout bonnement à voir son voisin qui n'a pas commencé la journée "mastaftahchi".

C'est ce qu'on appelle tout simplement de la bonté, être bon envers autrui actuellement quasi-disparue des us et coutumes. Tout celà c'est du bon vieux temps.

Actuellement, la pluspart des boutiques sont soit fermées soit utilisées comme dépôts pour les commerçants installés sur la rue du 7 novembre. De plus en plus l'artisanat traditionnel est remplacé par des petits métiers modernes plus rémunérateurs (Patissiers, photographes, électriciens, réparateurs de TV..)

jeraba2-Ejjraba "Bathat jeraba" placette convergeant vers de nombreuses rues (Khadraouine, Gandoura, Moulay Taïeb..) réservée aux tisserands spécialisés dans la confection de couvertures traditionnelles en laine de moutons tels que les"Abana, tajlila, Touzri et Haïk",

des marchands de laine (Saïed GAHTAR), une teinturerie artisanale pour filés de tapis (actuellement fermée) de feu Hassine ALLANI qui a émigré plus tard à Sousse et investi dans le tourisme (Hôtel OKBA) mais aussi des fabricants de "Kassa" (BEN AYED, BOUHOULA) de Burnous (Touhami JAOUADI) et de Jebba (Touhami FATNASSI),

essouk3-Essouk actuellement la rue 7 novembre regroupant jadis des marchands d'Epices du coté de bab tounes,

quelques épiceries notoires (JERBI BOU BABINE, Tijani DHIB, LEHMAIER) deux pharmacies celle de Slaheddine KECHRID transférée à Tunis et celle de (MBAREK l'actuelle pharmacie Taoufik DHIB),

des bouchers (ELSISS, ROMANI..) des coiffeurs "Hajamine", (Khemaies CHALGHOUM) une seule coiffeuse ( MEHREZIA) des artisans bijoutiers (KHADRAOUI ) .

des fabricants d'ustensiles en cuivre "Nhaysia", des marchands de chaussures ( BEN ALAYA, MAJOUL), des patissiers (GHAMISSOU, MAAMAR, BOUDRAWECH, SEGNI) un horloger (Amor CHARGUIA)

des marchands de beignets "ftayer" (AZOUZI). une seule quincaillerie (KAABOURA) , une librairie (salem FEJJI), une seule boutique de prêts à porter (chedly KEMICHA), un magasin de tapis (Chedly FOURATI) géré par feu Ahmed BALTI,

un marché de fruits et légumes "Hadadine". deux vendeurs de savon de marseille ambulants (Sadok DHIB, BOUDEN) "haou essaboun el beldi"

salihet enfin Salih (un marchand de bonbons ambulant largement fréquenté par les écoliers) toujours stationné au même endroit (bab jelladine) depuis quarante ans au moins! "rabbi yatih essaha wi tawel fi omrou" (que dieu lui donne la santé et proroge sa vie)

 

 


Avec l'évolution du Tourisme, la pluspart de ces échoppes ont été supplantés par des marchands de bibelots pour les touristes en plus de quelques anciennes habitations rénovées en magasins de vente de tapis.

rahba4-Errahba regroupant les forgerons "hadadine" (Lazreg TAAMALLAH), des marchands de poterie (KABLOUTI) des marchands ambulants de fruits et légumes, d'huile d'olive (EL AMRI, Abdelelazziz JEBENIANI), des artisans d'alfa "Halfaouine" (Othman BAHRI, Hj OMRANE, Hj Salem REBAI, HADDAD)

et des couturiers à "souk kmal" spécialisés dans la confection de blouses "Blouza tounsi" de chemises et de pantalons "seroual golf" en plus des gargotiers "keftaji" (Ali JALEGH, Ameur GUIBESS) et "lablabi" (Youssef BEN DHAYA-Ameur GEBSI),

des "fondouk" (Fondok EL YOUSSEFI endroit où les ruraux passent la nuit avec leurs bêtes) et Oukala (demeure habritant plusieurs familles démunies), Garage BEN KENANI Hassen, Said et Abderrazek (l'actuel centre commercial GAROUI),

le café GUIRAT (BOUZEZZA), le café des chiens (Kahouet LEKLAB) où se rencontrent les chasseurs accompagnés de leurs "slougui" (chien à corps maigre allongé et de jambes hautes, très rapide et très agile appelé aussi lévrier du Maghreb) dont Sadok RAMAH,

un "dellal" (vendeur à la criée) qui perçoit après la vente un pourcentage fixé par l'amine dont Mohamed GUEBSI grand spécialiste de "talkane sarf karoui"!

Jadis, à la Rahba il y avait pas mal de petits métiers actuellement disparus à l'instar du marchand de "bkhour" (encens)qui faisat le tour des échoppes pour y balancer son encensoir en vue de combattre les maléfactions et l'infortune.

le "guerbaji" (marchand d'eau ambulant qui transportait l'eau dans une "guerba" (outre en peau de chèvre enduite de "kotrane" extrait de branches de "araâr"-genevrier dégageant une odeur délicieuse) et chantait "ya otchane" (ô assoiffé !).

le marchand de "legmi" (sève du palmier qui peut se boire fraîche comme boisson désaltérante mais aussi après fermentation comme du vin de palme)...

el marr5-El marr (passage) une petite ruelle du coté de bab tounes trés bien animée les jours de fêtes et les nuits de Ramadan fréquentée essentiellement par les femmes pour acheter les vêtements de l'Aïd pour les enfants ou bien le trousseau de la mariée "jehaz laroussa" chez les ALLANI Tahar, Béchir, Mustapha, Hédi, Mohsen, Abderrahmane et Hamadi (son fils Fethi), Habib SAFAR ( son fils Kamel), Abdelhamid CHEMLI, NEGRA Mahmoud et Mohamed, Ameur HAMAMA, Abdelkader AYACHI, Mahfoudh ZAIDI, Ali BEN ROMDHANE, Hj Ali MELLASSI, Chedly TAOUS, après avoir touché l'argent des tapis vendus à la criée au "Rbaâ" (souk des tapis) par l'intermédiaire de "dallal" (AKROUT)

Elles achètent également des coupures de tissus vendus au "dhraâ" (50 cm) destinées à confectionner des fouta et Blouza, des Robes "Rouba" car il faut comprendre qu'à cette époque il n'y avait pas de prêts à porter pour femmes.

"El marr foukani" est plutôt réservé à la laine et à la mercerie (Baiek BACCAR, Taieb BEN AMIRA)

 

Haut de page
english version l accueil l contact l plan du site
© Copyright 2004-2008, www.kairouan.org - tous droits réservés
Pour toutes informations et suggestions, veuillez contacter le Webmaster
Conception et réalisation graphique : Netcreations interactive