English version Accueil - Liens utiles - Plan du site
 Page principale
Bienvenue à Kairouan.org Imprimer l Ajouter à mes favoris l Recommander Page principale l Recherche sur le site
Nouvelles technologies de l'information

Smsi I Portable l Internet l Publinet l Informatique I Télétravail

:: L'ENGAGEMENT DE TUNIS ::

  • Nous réaffirmons ( notre volonté et notre détermination d'édifier une société de l'information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement, conformément aux buts et aux principes de la Charte des Nations Unies, au droit international et au multilatéralisme et tout en respectant pleinement et en soutenant la Déclaration universelle des droits de l'homme afin que partout les gens puissent créer, obtenir, utiliser et partager l'information et le savoir pour ainsi réaliser l'intégralité de leur potentiel, et pour réaliser les buts et les objectifs de développement convenus à l'échelle internationale, notamment les Objectifs du Millénaire pour le développement
  • Nous devons ainsi nous efforcer sans relâche de promouvoir un accès universel, ubiquitaire, équitable et financièrement abordable aux TIC, y compris à des technologies conçues pour être universelles et à des technologies de facilitation, au bénéfice de toutes les populations du monde et en particulier des personnes handicapées, de telle sorte que les avantages soient mieux répartis entre les sociétés et à l'intérieur des sociétés et que la fracture numérique soit réduite, afin de créer des opportunités numériques pour tous et de tirer parti des possibilités qu'offrent les TIC pour le développement
  • Nous croyons fermement à la mise en oeuvre complète et rapide des décisions que nous avons prises à Genève et à Tunis, comme énoncé dans l'Agenda de Tunis pour la société de l'information

Pour en savoir plus Télécharger le texte intégral au format PDF (Français)

:: L'AGENDA DE TUNIS ::

1-La gouvernance de l'internet

  • La gestion internationale de l'Internet devrait s'opérer de façon multilatérale, transparente et démocratique, avec la pleine participation des Etats, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales.
  • Création par l'ONU d'un groupe de travail sur la gouvernance de l'Internet (GTGI).
  • Améliorer la coordination des activités des organisations internationales et intergouvernementales et des autres institutions concernées par la gouvernance de l'Internet, ainsi que les échanges d'informations entre ces diverses instances
  • Volonté de transformer la fracture numérique en possibilités numériques et engagement à veiller à ce que cette évolution soit harmonieuse, équitable et juste pour tous.
  • Elaboration de stratégies favorables à une connectivité mondiale plus abordable, ce qui permettrait de fournir un accès amélioré et équitable pour tous.
  • Invitation du Secrétaire général de l'ONU à réunir d'ici au deuxième trimestre de 2006 un nouveau forum sur la gouvernance de l'internet en vue d'un dialogue entre les multiples parties prenantes sur les politiques à suivre

2-Les stratégies de financement

  • Examen approfondi des mécanismes de financement existants afin de savoir s'ils étaient adéquats et permettaient de faire face aux enjeux des TIC pour le développement.
  • La création d'un Fonds de solidarité numérique, évoquée dans la Déclaration de principes de Genève qui nous rappelle, à nous autres tunisiens, le Fonds National de Solidarité (FNS) idée et projet Ben Ali repris par les instances onusiennes.
  • Le consensus de Monterrey sur le financement pour le développement est la base de la mise en oeuvre de mécanismes de financement adéquats et appropriés pour promouvoir les TIC pour le développement, conformément au pacte de solidarité numérique du Plan d'Action de Genève.
  • Accessibilité équitable et universelle aux mécanismes de financement et à une meilleure utilisation de ces mécanismes
  • Apporter aux mécanismes de financement existants des améliorations ou innovations

3-Suivi et mise en oeuvre

  • Elaborer des cyberstratégies, y compris des stratégies TIC et des cyberstratégies sectorielles dès que possible et avant 2010
  • Collaborer pour que soient atteintes, d'ici à 2015, les cibles indicatives énoncées dans le Plan d'action de Genève, qui servent de références globales pour améliorer la connectivité ainsi que l'accès universel, ubiquiste, équitable, non discriminatoire et abordable, à l'emploi des TIC.
  • Création dans le cadre du Conseil des Chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies (CCS),d'un groupe de travail sur la société de l'information, dont les modalités de fonctionnement seront définies à la prochaine réunion du CCS qui aura lieu à Madrid en avril 2006.
  • Il a été demandé au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies de faire rapport à l'Assemblée générale des Nations Unies, par l'intermédiaire de l'ECOSOC et d'ici à juin 2006, sur les modalités de la coordination interinstitutions de la mise en oeuvre des résultats du SMSI, y compris des recommandations sur le processus de suivi
  • Création d'un "Livre d'Or" des initiatives lancées au cours de la phase de Tunis (200 projets) ajoutés aux 2500 projets lancés entre la première et la seconde phase du SMSI pour réduire la fracture numérique.
  • Il a été demandé à l'Assemblée générale des Nations Unies de déclarer le 17  mai Journée mondiale de la société de l'information afin de contribuer à sensibiliser l'opinion, chaque année, à l'importance de ce moyen de communication universel et aux questions évoquées dans le cadre du Sommet
  • L'agenda de Tunis dresse une liste précise des modérateurss-coordonnateurs possibles pour chacune des 11 orientations du plan d'action initial de Genève.
  • Des efforts majeurs seront faits pour organiser la mise en oeuvre des résolutions de Genève et de Tunis.
  • Ces efforts trouveront leur aboutissement dans le bilan global que l'Asemblée générale des Nations unies fera en 2015.

Pour en savoir plus Télécharger le texte intégral au format PDF (Français)

:: CHIFFRES CLEFS ::

  • Participants : 31.000 contre 17.000 à Genève
  • Représentants de la société civile : 6.500
  • Journalistes : 1.200
  • Exposants : 328 représentant 64 pays et 35 multinationales
  • Ateliers de coopération et de partenariat : 100
  • Chefs d'état et de gouvernement : 50
  • Pays : 174
  • Manifestations parallèles : 309 divisés en 5 panels sur les thèmes : Coopération sud-sud - Offshoring - Best practices and enabling environment for business (le meilleur environnement d'affaires) - Joining the knowledge economie (atteindre l'économie du savoir) -
    Acces to high education (accéder à une meilleure éducation)
  • Personnalités étrangères présentes :
    M.Arlo Rossotto : Senior consultant à la Banque mondiale - David Rushforth : Bristol Babcock - Andres Escobaro : Gonzales : Sun
    Bruno Lanvin : Senior Adviser E-Stratégies Banque mondiale - Husam Dajani : VP Emea Oracle - Yvon le Roux : Président Public sector Cisco systems - Harris Miller : Président ITAA - Jutin Bryon : VP Grupo Santander - Mark de Simone : VP Moyen orient et Afrique Cisco systems - Jean Philippe Courtois : Président Microsoft International etc...

:: LES RETOMBEES SUR NOTRE PAYS ::

Outre le fait que le sommet a permis d'ancrer l'image de la Tunisie en tant que pays émergent capable d'accomplir de grands succès, les retombées positives sur notre pays sont très nombreuses parmi lesquelles on peut citer aussi :

  • Réalisation de l'idée et projet Ben Ali pour la création d'un Fonds de solidarité numérique.
  • Beaucoup de prespectives d'exportation pour nos sociétés en matière de TIC
  • Mise en valeur des compétences tunisiennes en matière d'organisation de grandes manisfestations internationales.
  • Grandes retombées pour le tourisme en général et de congrès en particulier
  • Boostage du transport aérien à destination de la tunisie
  • Retombées positives sur le secteur financier en général et sur sa modernisation par l'utilisation des NTIC en particulier
  • Renforcement de l'image de la Tunisie en matière de stabilité et par conséquent d'investissement extérieur (IDE)
  • Inauguration lors du sommet d'un centre infojeunes en partenariat entre l'Unesco Microsoft Corp et l'observatoire national de la jeunesse.
  • Intel ouvre un bureau à Tunis pour l'Afrique
  • Microsoft investit dans un centre de formation régional pour l'Afrique à Tunis
  • Sun a un projet d'archivage de patrimoine islamique à Tunis
  • etc...

:: LES NTIC EN TUNISIE ::

La Tunisie qui a réussi une percée significative dans le domaine des technologies de l'information (ordinateur populaire, Réduction du coût de connexion à l'internet, généralisation de l'internet à 100 % dans tous les Etablissements scolaires et universitaires, 2 opérateurs GSM et bientôt un troisième, le téléphone rural etc..)

Le rapport du forum économique mondial de Davos pour l'année 2004-2005 sur les Ntic a classé la Tunisie au 31e rang sur un total de 104 pays considérés comme les plus avancés dans le secteur soit une progression de 9 places par rapport au dernier rapport. La Tunisie devance ainsi plusieurs pays développés comme l'Italie, l'Inde, le Brézil, l'Afrique du sud, la Russie, la Hongrie, l'Egypte, le Maroc, le Mexique, la Roumanie et la Croatie

  • Nombre d'internautes : 1.207.210 (12% de la population)
  • Fournisseurs de services internet : 13
  • Nombre d'e-mails : 164.830
  • Nombre de sites web : 4.743
  • Connectivité des écoles et des universités : 100%
  • Nombre de PC : 500.000 (2004)
  • Nombre de publinets : 330
  • Nombre de lignes téléphones fixes : 6,2 millions
  • Nombre de GSM : 6,9 millions
  • Nombre d'opérateurs télecom : 2
  • 10.000 diplômés du supérieur travaillent dans le secteur des TIC
  • 50.000 étudiants suivent leurs cursus dans les filières TIC

:: LA FRACTURE NUMERIQUE EN CHIFFRES ::

  • un africain sur 40 a le téléphone, et il y a toujours plus de téléphones à Manhattan que dans toute l'Afrique subsaharienne.
  • 90% des humains sont exclus des réseaux de communication électronique
  • 70% des 660 millions d'internautes vivent dans les pays riches ( 16% de la population mondiale) 5% dans les pays les plus pauvres (40%)
  • En Inde, moins de 1% de la population possède un PC
  • Sur 10 Suisses, 7 ont un ordinateur et 5 surfent sur le web. En Afrique 1 habitant sur 130 a un PC et 1 sur 150 a accès au Net
  • Les tarifs de connexion correspondent à 1,2% du revenu mensuel moyen aux Etats-unis contre 80% au Bhoutan et 278% au Népal

:: CHIFFRES SIGNIFICATIFS ::

  • En 1998, on dénombrait 375 millions de connectés à l'internet. Aujourd'hui nous sommes à 1,4 milliard.
  • En 1999, un PC coûtait autour de 1.500 dollars. Aujourd'hui il coute la moitié
  • En 1993, les coûts du RAM étaient 100 fois plus chers qu'aujourd'hui.
  • En 1995, le nombre d'utilisateurs d'internet s'élevait à 16 millions. Aujourd'hui il est de 900 millions
  • En 2001, la moyenne était de 2 virus par jour. Aujourd'hui, elle est de quatre

Mohamed Rebai
[email protected]

 

Haut de page
english version l accueil l contact l plan du site
© Copyright 2004-2008, www.kairouan.org - tous droits réservés
Pour toutes informations et suggestions, veuillez contacter le Webmaster
Conception et réalisation graphique : Netcreations interactive